Gotz Artiste Peintre

Gotz Artiste Peintre

Encres Chino-Polynesiennes

Je me suis pris de passion pour la peinture à l'encre "style chinois" (je n'aime pas trop cette appellation "style chinois", ça fait nouille.) Elle m'a attrapée lors de mon dernier séjour en Chine et est revenue avec moi à Moorea, elle ne me lâche plus...

mi septembre 2010, changchun :

"Quand je ne vais pas balader, je passe du temps à l'hôtel, dans ma chambre c'est assez silencieux et propre, je peins, je m'initie à la peinture chinoise avec les MAUPI et l'encre (de Chine évidemment), c'est  très intéressant, j'ai trouvé quelques vieux livres de cours."



"Je consacre plusieurs heures chaque jour à l'apprentissage de la peinture Chinoise, ça me passionne, aprés une bonne cinquantaine de travaux en voici enfin un que dont je suis content, ce n'est pas le best mais ça me fait plaisir."

    

     Gotz et la peinture chinoise                             

"J'en avais pourtant vu des tas et plus encore, rien qui n'eut attisé mon attention, des montagnes, des fleurs, des tigres, des chevaux, ouais, bof...

Et puis cette fois-ci, je suis "tombé" sur quelques bouquins de maitres contemporains et là, woaaahhhhhh ! Je me suis enquis des livres en question ainsi que d'encre, de papier et d'une belle quantité de MAUPI, ces pinceaux chinois pour la calligraphie. Dans ma chambre d'hôtel, dans le nord de la Chine, j'ai peins des dizaines de branches de cerisier en fleurs, des oiseaux parfois aussi, j'avais du temps, j'ai fait des croquis dans les parcs, écumé les bibliothèques d'université...

         

 Les maitres en question, il ne s'agit pas -hem hmmm- de mon travail, pas encore...

A mon retour en Polynésie, malgré le changement d'ambiance et les anciennes habitudes, ça ne m'a pas laissé pour autant.

 Dés le matin, je prends mes lunettes et mon livre de peintures chinoise pour la sacro-sainte visite aux toilettes, durant le café, je décrypte assidument les œuvres superbes des mes collègues, puis je fais quelques encres avant de débuter la journée.

Si mon emploie du temps me le permet, chose que j'ai fait durant deux pleines semaines de bonheur à mon retour de Chine, Je sors ma grande table au bord du chemin et je peins la vallée grandeur nature, croyez moi, quelque soit le temps, ça dépote !

Je passe par les phases normales d'enthousiasmes et de désespoir durant quelques heures, explorant les mystères, découvrant les limites, comprenant les possibles…

A mon avis, il ne s'agit nullement-comme le ferait un bon aquarelliste- de reproduire la nature, ou plutôt la lumière émanant de cette nature. Cela tient plus du dessin, les arbres et les plantes et les animaux, comprendre comment ils bougent comment ils sont fait, il en est de même avec la roche, la montagne, la mer, les rivières, le ciel, les nuages…

Il faut comprendre la nature de chaque chose de façon à pouvoir en exprimer de la façon la plus simple sa représentation.

Ceux ne sont que quelques taches, des dégradés de gris, ou des traits, disposés ainsi, ils deviennent eau ou air, nuages ou montagnes, arbres ou roches…

Puis ensuite, bien entendu, il faut oublier tout ça, libérer la main et l'esprit pour laisser le mouvement s'exprimer.

A l'encre sur le papier, on ne peut qu'aller de l'avant, en une séance, deux au mieux, sans pouvoir corriger, sans retour possible. Au delà de la représentation, la gestuelle de l'artiste est la clé de l'œuvre, de même qu'en calligraphie.

Alors, il faut dessiner pour comprendre, remplir des feuilles et des carnets petits et gros. Le travail –irremplaçable- d'après nature me donne l'opportunité avec les paysages, de promenades, de longs moments d'observation et de dessin dans la nature, quelle joie ! Même si parfois je le paye de quelques belles contractures aux épaules.

A l'atelier, une table pour l'acrylique sur toile, une pour les encres sur papier, bien evidemment, l'orient rencontre l'occident et je commence à mixer les techniques et les outils. Je réalise quelques toiles traitées comme des encres, je suis satisfait du resultat.

"le ROOTUI écrasé de soleil"

" le temps des premiers découvreurs" (je fais reference aux Ma'ohi)

 "Une ile, un nuage"

 

 



05/02/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres