Gotz Artiste Peintre

Gotz Artiste Peintre

2010 Chine 11e symposium de sculpture

 

Gotz et Jonathan Mencarelli, deux plasticiens de Tahiti, partent en Chine en août pour participer au onzième symposium de sculpture de Changchun, sur le thème : quel confort l'automobile apporte à l'humanité. Gotz nous raconte leur aventure.

     

Pour voir le projet selectionné et la preparation, cliquez ici

Pour acceder à la page deux c'est ici

La page trois, c'est là

   Le voyage, l'aventure 1:                                                 

17 aout 2010

Nous voici à Changchun après 25 heures de vol, 3 avions, moult heures d'attente et une bonne dose de fatigue.

Dés notre arrivée, je suis très heureux de retrouver Wo Bin, mon interprète de l'année dernière, que l'on m'a assigné de nouveau, à ma demande, puisque je savais qu'il participerai à ce 11e symposium.

 Wo Bin, mon interpréte et ami

Après les moments forts que nous avions partagés, Wo Bin est devenu un ami et la joie de ces retrouvailles est réciproque.

 Nouvel endroit pour Jonath et moi, on nous mène au Swiss belhotel, un lieu un peu vieillot mais encore luxueux, rêvant d'une bonne douche, j'investis ma chambre au 8e d'une tour de 23 étages.

 Pas trop le temps de souffler, il est déjà 18 heures et il faut se rendre au restaurant pour assister à un petit discours d'accueil avant le buffet. Ce soir, on va ne pas faire long feu.

 La Vue de ma chambre, 40 grues dans le panorama, la chine est en plein développement et c'est pas peu dire: ça construit partout, des immeubles, des routes, des ponts, des sculptures...

 

     Jour 1                                                                                 

Apres le petit déj', une demi-heure en bus dans une circulation dense et klaxonnante, nous voici, une trentaine d'artistes, en ligne sur le podium derrière les officiels pour la cérémonie d'ouverture. Quelques discours qui ont le bon goût de ne pas faire trop long, la musique d'une fanfare militaire, un beau lâcher de pigeons (mm, quoi ? on dit colombes?) et quelque pétards plus tard , nous voici enfin libre d'aller visiter notre lieu de travail.

Nous sommes tous impatients de voir où nous allons passer le plus clair de notre temps ces 6 prochaines semaines,( vivre l'aventure d'un nouveau challenge, d'une nouvelle création) découvrir l'espace et les assistants, et pour les sculpteurs, palper et estimer la qualité des blocs de granit et de marbre qui trônent à l'extérieur.

 Des tonnes d'argile, sec et en sac, qui attendent d'être ré-hydratés pour notre grand bonheur...impatient de jouer avec..

Dans l'énorme hangar encore vide, nous découvrons avec intérêt une série de panneaux présentant tous les projets proposés cette année, pamis les 1709 photos de reçues des 319 sculpteurs vivants dans 87 pays différents ( 9 pour l'Amérique du nord, 7 pour l'Amérique du sud, 26 pour l'Asie, 27 pour l'Europe, 16 pour l'Afrique et 2 pour l'Océanie ) il y a des hors-sujets, des trucs plus ou moins compréhensibles, et beaucoup, beaucoup de propositions tres intéressantes.

Nous mesurons la chance de faire parti des 50 élus (« pour leur excellent travail », ça fait toujours plaisir) et de la difficulté pour le comité (composé d'artistes chinois reconnus) de faire la selection.

        

Il n'y a pas encore tous outils et beaucoup d'entre nous, fatigués du voyages choisissent de se reposer cette après-midi. Pour ma part, je vais faire des courses avec Wo Bin et nous savourons le plaisir de se retrouver.

Repas du soir bien épicé, un petit tour dans la piscine et une grosse heure devant l'ordi pour vous écrire ma bafouille avant d'aller dormir, fin de la journée, demain on attaque sérieux !

 Malgré la boite en mousse préparée spécialement pour ma maquette, celle-ci ne supportera pas les affres du voyage et arrivera en Chine brisée en plusieurs endroits...pas grâve, il faudra recoller! 

 

   Jours 2-3-4                                                                           

Il y a des constantes, comme l'année dernière, c'est un peu la pagaille. Nous manquons (déjà) d'outils pour tous, disqueuses et postes à souder sont rares, le courant et du type alternatif (une fois y'en a  une fois y'en a pas). Résultat : nous passons plus de temps à attendre qu'à travailler, c'est fatigant.

J'ai bien essayé au moyen de danses sacrées et de manipulations magiques de faire grandir ma maquette à la taille voulue mais rien n'y fait : il faudra donc passer par le processus normal de fabrication.

 Une grosse pluie "comme à la maison" (comme à Tahiti) est tombée généreusement, bloquant les sculpteurs de cailloux qui bossent à l'extérieur dans leur entrain et n'a rien arrangée, ni au trafic routier (nous allons en bus à l'atelier), ni à l'électricité. Seul bon point pour ceux qui travaillent la terre à l'intérieur, nous pouvons voir tout de suite où sont les fuites et donc nous installer à coté, il eut été désagréable de constater une fuite sur sa jolie sculpture en argile après 2 ou 3 semaines de boulot.

 Une autre utilité des sacs d'argile: faire barrage pour pour limiter les inondations.

Je fais connaissance avec mes assistantes, Shan et Wan en 3e année d'étude d'art, au vu de leurs petites mains délicates je comprends tout de suite que je monterai la structure de métal soudé tout seul, je les assigne donc a la confection de plein de petits croisillons de bois que nous utiliserons plus tard.

Le travail avance donc doucement, j'ai bientôt fini la structure, il s'agit de ne pas merder cette étape fondamentale de risque de voir l'œuvre s'écrouler dans quelques semaines si le squelette est défaillant. Petite complication pour moi, mon marcheur tient sur ses deux pieds, en équilibre, j'ai pour le moment un axe centrale qui tient le tout mais je devrai bientôt le retirer…voila qui met un peu de piment dans la réalisation, on s'amuse comme on peut !

       

Pour le reste, il fait chaud, l'ambiance entre artiste est au beau fixe, beaucoup de rires, de sourires, d'échange. Ce symposium promet d'être riche en rencontre et expériences nouvelles.

 

   Deuxiéme semaine                                                 

Le soleil se lève très tôt ici, quand j'ouvre les yeux vers 5 heure du matin, son disque rose baigne déjà Changchun d'une douce lumière. Est-ce dû à la pollution ou une persistante brume ? Il n'est pas mordant comme à Tahiti, du moins pas avant 9 h, le ciel passe alors du gris clair au bleu les jours de beau temps.

Dés les premières lueurs, le petit parc voisin s'anime d'une activité insoupçonnable, comme dans tous les parcs Chinois, j'imagine, quantité de gens, surtout les vieux, cultivent leur santé et la souplesse de leur corps en d'étranges ballets bariolés : exercices de gym, danse, arts martiaux et cette superbe discipline alliant les trois en une, le Tai Chi Chuan sont pratiqués par groupes. Au son de vieilles cassettes usées, les musiques fusent de tout part.

Les gens sont souriants et détendus, curieux face à des blancs et plus encore en présence des noirs, ils sont pour la plupart ouverts et invitent le visiteur à pratiquer avec eux.

Adepte des Arts maritaux et énergétiques, je passe souvent, avant le copieux petit déjeuner de l'hôtel, une heure dans ce sanctuaire de nature à regarder ou pratiquer avec eux, pour notre plus grande joie réciproque, au milieu des fleurs, des bassins et de la circulation bruyante de ceux qui s'activent à faire tourner la machine.

Vers 7 heures, tout ce petit monde se dissout dans la ville et laisse place aux joueurs de Ma Jong, autre grand monument de la culture Chinoise.

 

 

Pour nous, le reste de la journée se passe sous l'immense hangar, maintenant coutumier, qui nous sert d'atelier. Les travaux avancent plus ou moins vite, selon la complexité et le savoir faire de chacun, la disponibilité des matériaux, des soudeurs et autres ouvriers qui nous épaulent.

Ceux-ci d'ailleurs vivent sur place, mangent et dorment à l'autre bout de l' atelier, ceux sont les moins bien lotis de tout le team, moins bien considérés, moins bien payés, moins bien nourris et pourtant si indispensables…

   

Pour ma part, le projet avance vite et bien, par sécurité, j'ai ajouté une troisième patte à  mon canard (on la retirera au moment du moulage), le squelette de métal, recouvert de polystyrène  évoquant grossièrement la forme est habillé de grillage sur lequel nous fixons les « papillons», ces petits croisillons de bois qui tiendront l'argile en place.

Trois jours ont été nécessaires à cette opération avant que l'on passe enfin à l'argile. Celui-ci est posé avec grand soin et par petites touches de façon à recouvrir l'ensemble de la pièce en un manteau de plusieurs centimètres de terre que nous battons vigoureusement afin de le presser pour le rendre plus dense.

  

Cette opération nous prit deux bonnes journées après quoi, la « bête » emmaillotée de films plastiques pour ne pas se dessécher, a droit, comme nous, à une journée de repos durant laquelle l'humidité se répartira de façon uniforme dans l'argile donnant une élasticité et une souplesse régulière a l'œuvre.

 

Je ne résiste pas (et pourquoi résisterais-je d'ailleurs ?) à vous montrer une photo de ma fille que je viens de recevoir. Comme je suis son plus grand fan et trop fier d'elle, voila donc LEA à la veille de ses 14 ans.

 Vous avez vu commeelle est belle ma princesse?

 Elle vit avec sa maman en Australie et nous ne nous voyons hélas pas souvent, cette année, des soucis administratifs me privent de sa présence depuis trop longtemps, j'espérais de tout cœur la faire venir ici en Chine, c'était à 2 doigts de se concrétiser mais ça ne se fera pas...  Snif !

 

  Sortie de groupe                                                                                    

Une petite visite médicale s'imposait pour nous tous, nous investissons donc l'hôpital pour quelques tests, et je dois dire que je me suis bien amusé. Il faut l'avouer, je ne suis pas très sérieux et je ne rate pas une occasion de faire le con, on passe nos journées à se marrer.

 Donc, électrocardiogramme, (la pieuvre comme dit Jonat' qui n'est pas le dernier pour faire le c.. lui aussi), tension et prise de sang pour ceux qui étaient d'accord. Je n'ai jamais visité la Russie mais je pense que les hostos doivent être comme celui-ci, avec un look de vieux truc indestructible et un peu austère. Etonnant, les gens y fument allégrement comme partout ailleurs où c'est interdit.

Apres cela, visite de la première usine d'automobile de Changchun, en fait, une petite photo souvenir devant la plaque commémorative. Wo Bin m'explique en me montrant la stèle : C'est Mao qui à écrit ça..

-       Ah oui ? et qu'est-ce qu'il dit ?

-       Il dit : ceci est la première usine d'automobile de Changchun !

Lui aussi c'est un marrant (Wo Bin, pas Mao)

Devant la super stéle en compagnie de Catherine Lamacque (France) et des sculpteurs Coréens, des gens tres agreables qui sont vite devenus des amis.

Après, super bouffe dans un immense restaurant, il faut dire que l'organisation nous gâte cette année, et visite du parc de sculptures où se trouvent, parmi plus de 300, les œuvres de certains de nos amis artistes dont une sculpture de Jonathan.

 Fier comme tout le pére Jonat devant son oeuvre de 2008, et il a bien raison!

Y'a pas à dire, une petite sortie de temps en temps, ça fait du bien !

L'imposant Patrick Mafoe (american Samoa) caricaturé par Nguyen Hoang Anh (Vietnam), que des gens super!

 

Suite de nos aventures en cliquant ici 

A bientot !

 

 

 

 

 

 

 



28/07/2010
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres